vendredi, 12 juillet 2024

Les armes des espions

Cite-russe

Les espions russes comme ceux des autres pays avaient une panoplie d’armes à leur disposition pas nécessairement létales, comme l’intox, la corruption, voire même la séduction, mais aux conséquences pouvant être destructrices pour les ennemis. Quelques exemples d’agents secrets ennemis manipulés et retournés par les espions russes. Par exemple, Aldrich Ames, responsable du contre-espionnage américain en Europe a donné les noms de presque tous les agents et taupes de l’Ouest, dont quinze d’entre eux furent éliminés. Lui seul avait une vision d’ensemble et centralisait toutes les informations. L’arme utilisée pour le corrompre, l’argent, cet individu étant un grand joueur. Il a reçu des russes, des diamants, une datcha, et 5 millions de dollars. Mais cela finit par se savoir et il finit ses jours dans une prison sécurisée.

Mais les espions russes ont quelque succès dans d’autres pays plus proche de nous, sous la forme de milliers d’agents dormants envoyés en Occident, et certains, en agissant en qualité de « Roméo », pour séduire les secrétaires officielles occidentales, celles qui avaient accès à des informations confidentielles, très recherchées pendant la guerre froide. L’arme de la séduction est un autre type d’arme, à priori moins dangereux physiquement qu’un pistolet, mais ses conséquences peuvent être encore plus désastreuses pour les adversaires de la Russie. Mais rien de plus facile pour ces espions russes rompus à toutes les techniques que d’obtenir des informations confidentielles dans l’intimité d’une chambre d’hôtel.

Certains espions travaillant pour les russes ou leurs alliés de l’époque, se hissèrent aux niveaux les plus élevés dans l’administration et l’appareil politique de l’ennemi. Comme ce fut le cas pour Günter Guillaume, le conseiller personnel du Chancelier Willy Brandt. Déguisé sous l’apparence d’un réfugié politique, il réussit à monter dans la hiérarchie du parti socialiste ouest-allemand. En 1972, il fut alors tout logiquement nommé comme conseiller du chancelier. Son arrestation en 1974, provoqua un scandale sans précédent en pleine guerre froide.

Cela reste loin des images à la James Bond des armes des espions. C’est plus des agissements avec des méthodes souterraines, dissimulées, secrètes, des armes qui n’ont rien de mortelles, du moins pas directement. Les meilleures armes restant, la corruption, l’intox, la manipulation, voire la séduction, sexe et corruption faisant bon ménage !!!

Mais les espions russes ont beaucoup d’autres « armes » à leur disposition, pour d’autres circonstances, comme pour pouvoir crypter des informations à envoyer, ou éliminer un agent ennemi – dans ce cas-là de vraies armes plus ou moins sophistiquées seront utilisées.

Retrouvez des informations sur le roman d'espionnage Le temps d'un croque en cliquant ici.