mercredi, 12 mai 2021

Projet Manhattan Et espions russes

bombe atomique

On ne peut évoquer des histoires d'espionnage sans penser à l'histoire de la création de la bombe atomique américaine. L'évocation du monde des espions fait tout de suite penser à l'époque de la seconde guerre mondiale et celle de la guerre froide.

C'est ainsi que l'on parle d'espions atomiques, ceux qui ont volé les secrets de la bombe atomique américaine pour les livrer notamment aux Soviétiques. Le plus célèbre d'entre eux est celui de Klaus Fuchs, née allemand, membre du parti communiste allemand dans les années 20. Il a poursuivi ses études en Grande-Bretagne pour apprendre la physique et il est devenu physicien nucléaire.

Il a rejoint le projet Manhattan avec la mission Britannique aux USA. Il a transmis des informations à un espion russe, son recruteur. Il était aussi l'informateur des Rosenberg, un couple exécuté pour trahison, plus tard.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce physicien allemand a collaboré à des projets d'armes très secrets, avant d'être démasqué par un agent du FBI. Il avoua son espionnage au profit de l'Union Soviétique. Il fut condamné en 1950 à 14 ans de prison pour avoir divulguer des secrets concernant les premières bombes atomiques américaines. Il évita la perpétuité comme à l'époque où il a été recruté l'URSS était un pays allié des États-Unis.

Cette affaire Fuchs démontre les grosses lacunes dans la sécurité du projet Manhattan et notamment pour les membres de la mission britannique. Ce qui interroge c'est que les services secrets anglais savaient que Fuchs avait appartenu au parti communiste allemand. Comment ont-ils pu passer à côté de quelque chose d'aussi énorme, mais les compétences de Fuchs étaient telles que peut-être ils ont fermé les yeux dessus ?

Il y aussi l'histoire de Théodore Hall, l'un des plus jeunes chercheurs du projet Manhattan. Il a fourni des informations pour équilibrer les rapports entre les États-Unis et les autres pays. Ses contacts étaient un autre couple marié d'espions agissant par conviction communiste.

Le cas de Hall, est bien différent de celui de Fuchs, le second paraissant un espion plus efficace et plus entraîné que le premier, plutôt maladroit et peu entraîné à ce type d'activité. Il avait même oublié le mot de passe lors du premier contact avec les Cohen. Il reste étonnant qu'il ait pu leur fournir le schéma de la première bombe atomique.

Mais d'autres espions ont aussi opéré au laboratoire de Los Alamos pendant toute la période du projet Manhattan et après le début de la guerre froide.

Pour découvrir des informations sur ce roman d'espionnage Le temps d'un croque.